La sûreté de votre entreprise

CMA PTM 2

 

LA SÛRETÉ DE VOTRE ENTREPRISE

Anticiper … pour ne pas subir

 

  • Obliger le délinquant à plus d'effort
  • Dissuader – Bloquer - Freiner
  • Accroître sur lui les risques
  • Alerter – Identifier
  • Diminuer l'intérêt de la cible
  • Supprimer – Organiser

 

Telles sont les clés de la « prévention situationnelle » dans la lutte contre la malveillance.         

Également appelée « Prévention Technique de la Malveillance » cette stratégie de défense passive est employée avec succès par les forces de l'ordre depuis 2007.

 

Ses intérêts sont multiples: obstacle à la dynamique de l'action malveillante, renforcement ou création de moyens d'alerte, amoindrissement des dommages, interventions des forces de l'ordre plus efficaces. Bénéficiez de conseils gratuits et sans engagement, dans une relation de partenariat…

Un maximum de gains, dans un minimum de temps, avec le moins de risques possible est la « devise » de tout malfaiteur. Rationnel il s'attaque de préférence aux cibles les plus vulnérables ou qui lui sont offertes.

Le but est de présenter au malfaiteur un site où il rencontrera une accumulation de difficultés, de systèmes en mesure de le détecter, d'alerter, de l'identifier, et où les gains convoités seront minimisés afin qu'il se décourage et se dise « ça n'en vaut pas le coup ! ».

La gendarmerie et la police nationale ont formé des spécialistes dans ce domaine, les Référents Sûreté. Ils sont épaulés par des acteurs de proximité, les correspondants sûreté, dont ils forment et animent le réseau. En Haute-Vienne, l'Adjudant-Chef Patrick AUCLAIR – référent sûreté de la gendarmerie, est assisté par un réseau de correspondants répartis dans l'ensemble des brigades du département.

Ils sont à la disposition des commerçants, artisans, entrepreneurs, administrations, directeurs de sociétés, pour expertiser leurs biens et leur proposer des solutions de nature à renforcer la protection des lieux et locaux. Ils réalisent ainsi, en fonction des lieux, des consultations, diagnostics, audits de sûreté. Le référent sûreté est également un spécialiste en matière de vidéo-protection.

« Nous avons une grande connaissance des modes opératoires des cambrioleurs, ce qui nous permet d'identifier les faiblesses et les points sensibles des sites. Dans de nombreux cas, les propriétaires des lieux ne les soupçonnent même pas.

L'amélioration de la sûreté des lieux est la finalité de notre action, nos préconisations sont totalement gratuites et n'ont pas un caractère obligatoire, elles sont mesurées, car il ne s'agit pas de transformer les lieux en « bunker », il faut qu'ils restent agréables pour les utilisateurs, mais apparaissent comme imprenables aux malfaiteurs. Très souvent, de simples mesures de bon sens sont suffisantes. »

La gendarmerie de la Haute-Vienne et la CMA travaillent en partenariat afin de vous dispenser les conseils nécessaires

 

Rappel de la convention signée le 23 février 2015. (cliquez sur le lien)

 

 

Que faire en cas d’agression ?

 

La gendarmerie rappelle les six règles essentielles

 

  • Ne pas mettre sa vie en danger. Votre comportement influera sur celui de votre agresseur. Conservez votre calme et votre sang-froid, ne résistez pas. Votre vie est plus importante que tout.
  • Ne vous faites pas justice vous-même et n'ayez aucune arme ou bombe lacrymogène sur vous vous ou dans votre commerce. Un malfaiteur, déjà dans un état d'excitation provoqué par son acte ou par l'usage d'alcool, de stupéfiant, pourrait les utiliser contre vous.
  • Recueillir un maximum d'information
  • Essayez de mémoriser le signalement de l'agresseur : sexe, âge, corpulence, vêtements, signes distinctifs, parfois un simple petit détail qui vous parait anodin peut constituer un élément déterminant dans son identification.
  • Retenez également les objets qu'il a touchés, sa direction de fuite, tous les renseignements sur le véhicule qu'il a utilisé.
  • Alerter les secours

Lorsque le danger est écarté, que vos clients et vous même êtes en sécurité, composez le 17. Indiquez l'objet de votre appel, votre adresse, et les renseignements que vous avez recueillis.

 Attendez les enquêteurs

 Fermez votre commerce, ne touchez pas ce que le malfaiteur a manipulé, ne modifiez pas la scène de crime.

 Demandez aux témoins de rester sur place ou relevez leurs coordonnées.

 Déposez plainte, vous serez conseillé.

- - - - - - - - - - - -

Comment prévenir les actes malveillants ?

  • L'installation des dispositifs (Dissuasion - Renforcement – Alerte – Identification) concerne plusieurs espaces physiques.
  • Si la périphérie est en dehors de votre propriété, elle n'en constitue pas moins un élément déterminant. L'éclairage, la propreté des lieux, la présence de voisins, l’existence d'un système de vidéo-protection urbaine… constituent des points importants.
  • La périmétrie, de la clôture aux murs et ouvrants est un espace primordial. Une lisibilité, visibilité, tant de la rue vers l'intérieur qu'inversement, favorise la surveillance naturelle par les forces de l'ordre, et par le voisinage. Les caches qui s'y trouvent doivent être supprimées. Il faut éviter d'y abandonner des objets ou matériaux pouvant servir aux malfaiteurs (outils de jardin, échelles, pierres, barres de métal … ). L'accès à cet espace ne doit pas être libre ou aisé. La présence de clôtures et de portails solides et difficilement franchissables sont un atout. Il devra également être correctement éclairé la nuit, notamment par des systèmes à détection de passage, et l'implantation de systèmes de détection d'intrusion permet d'assurer une alerte précoce.
  • Enfin, la « coque » de la cible (murs, portes, fenêtres) doit par sa résistance dissuader, bloquer, retarder, l'action malveillante.

L'espace volumétrique constitue le cœur de la cible. L’efficacité du dispositif repose sur la combinaison d’éléments techniques (résistance mécanique, éléments de détection, gestion d’une alerte), humains et organisationnels. En effet, si les éléments techniques sont incontournables, ils doivent s’accompagner de mesures concrètes et de procédures claires comprises et partagées par le personnel et contrôlées par vous.

 

- - - - - - - - - - - -

 

Un trésor d'informations : www.referentsurete.com

Ce site construit, et proposé à tous, par les référents sûreté vous permet d'obtenir de très nombreuses informations sur les éléments techniques, humains et organisationnels que vous pouvez utiliser pour placer votre entreprise en sûreté.

Il propose des fiches thématiques : résistance mécanique, détection, vidéo-protection (*), moyens divers.

 À noter : La mise en place d'un système de vidéo-protection est soumise à de nombreuses règles que le référent sûreté connait et maîtrisent.

  

 De nombreuses fiches-conseils sont également proposées pour les divers publics :

collectivités, particuliers, commerces, entreprises. Pour ces deux dernières catégories, des documents spécifiques sont plus particulièrement destinés à des catégories professionnelles précises (bijoutiers, buralistes… ). Des problématiques spécifiques sont également abordées : protection des chantiers, des déchetteries, intelligence économique.

(*) Vidéoprotection : consultez le dossier spécifique du ministère de l'Intérieur sur : www.interieur.gouv.fr/Videoprotection.

 

- - - - - - - - - - - -

La protection des chantiers :

Ces sites sont des lieux très convoités par les malfaiteurs, des matériels et matériaux y sont stockés dans un espace restreint et souvent très peu sécurisé.

La forte hausse des prix de certains matériaux (métaux, carburant… ) et la concentration de ceux-ci dans un lieu restreint, incite les cambrioleurs à s'attaquer prioritairement aux chantiers.

Les matériels et engins, modernes et entretenus, qui y sont stationnés en grande quantité constituent également des proies de choix pour des gangs organisés qui les écoulent sur des marchés parallèles.

La fédération du BTP87 a signé un protocole en 2012 avec les forces de sécurité intérieure afin de mieux lutter contre les vols et autres actes délictueux. Une auto-évaluation est proposée au maître d’œuvre, information transmise à la gendarmerie ou la police. Ainsi alertés et informés les référents sûreté pourront se rendre sur les lieux et mieux conseiller les diverses entreprises qui y participent.

N'hésitez pas à nous signaler au plus tôt votre chantier afin qu'il puisse être placé en sûreté le plus rapidement possible.

La grille d'auto-évaluation d'un chantier : ---- Lien vers le document ----

Pensez à dresser une liste détaillée des matériels que vous utilisez sur chaque chantier (voir : la fiche-conseil sur www.referentsurete.com)

- - - - - - - - - - - -

Conseils :

  • Attention à vos clôtures :

N'enfermez pas votre commerce, votre entreprise derrière un mur.

À l'abri de celui-ci, les malfaiteurs ont tout le temps d'agir à l'écart des regards.

Pour la clôture, utilisez des grilles métalliques ne présentant pas de facilitateur pour l'escalade. D'une hauteur minimale de 2,50m afin qu'elle ne puisse pas être franchie vous pouvez la doubler d'une haie végétale basse, dense, épineuse (hauteur maximum : 0,80 m – largeur 1,50m).

  • Attention aux affiches et aux stores sur les vitrines :

Elles masquent les parties vitrées de votre commerce, vous empêchent d'être vu depuis la voie publique et de voir qui arrive.

Sans cette visibilité les passants ne verront pas qu'il se passe quelque chose d'anormal, de grave, dans votre commerce, et vous-même ne détecterez pas dans la rue l'arrivée des personnes.

  • Vos personnels :

Impliquez-les dans les dispositifs, mesures et protocoles que vous souhaitez mettre en place, ils en sont un maillon essentiel. Ce sont eux qui manipulent à longueur de journée le digicode d'une porte, et si ce dispositif entrave leur travail ils auront tôt fait de le neutraliser, ou plus simplement de bloquer la porte en position ouverte.

  • Ne restez pas isolés :

Dans un groupe le malfaiteur choisira celui qui présente la plus faible résistance. Dans un lieu rassemblant des entreprises ou des commerces il est nécessaire de se fédérer et de mettre en commun les mesures de protection. D'une part les coûts seront partagés, donc moindre pour chacun, et d'autre part l'homogénéité de la défense découragera les malfaiteurs.

  • Le numéraire :

Ne conservez jamais de grosses sommes dans le commerce ni à votre domicile. Faites des dépôts en banque fréquents, variez les horaires et les itinéraires conduisant au lieu de dépôt, ne les faites jamais à la fermeture. Laissez les tiroir-caisse entièrement vides et ouverts durant les heures de fermeture. Faites en sorte que cela soit visible de la rue. Si vous placez temporairement les recettes dans un coffre, celui-ci ne doit pas être visible ni par les clients ni depuis la rue. Il doit être scellé au sol. Soyez discret lorsque vous allez y déposer des fonds.

  • L’Éclairage :

Favorisez un éclairage asservi à un détecteur de passage ou de présence. Si vous installez une alarme anti-intrusion faites en sorte qu'elle déclenche également l'éclairage de votre entreprise ou commerce. Cela sera bénéfique à votre système de vidéo-protection si vous en installez un.

  • Les serrures :

Passer plus de 5 minutes à crocheter la serrure d'une porte fait prendre des risques au malfaiteur qui préférera 'aller voir ailleurs". Faites vérifier la résistance de vos serrures par un professionnel. Attention, vérifiez également que la porte et le montant soient aussi solides.

  • Contactez un référent, un correspondant sûreté :

Chacune de vos situations est unique et il n'existe pas de solution type. Aussi, pour faire les bons choix, les mieux adaptés à la défense de votre entreprise, commerce, pensez à faire appel aux spécialistes de la gendarmerie en vous adressant à l'unité dont dépendent vos locaux professionnels. Ils sont à votre disposition, leurs conseils sont gratuits et sans engagement.

 

- - - - - - - - - - - -

           

 

 

COMMENT REAGIR (cliquez ici)